Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 mars 2012 3 21 /03 /mars /2012 10:57

Partager cet article

Published by Le flageolet français
commenter cet article
4 septembre 2011 7 04 /09 /septembre /2011 10:20

Né à Paris, Frédéric Bonnisseau se fait connaître dans les années 1860 à Paris et à Londres comme instrumentiste au flageolet et au cornet. Ses talents de compositeur ne tardent pas à être reconnus...

Peu d'éléments biographiques sont disponibles.

 En 1862, il rejoint à Londres Jules Prudence Rivière, chef d'orchestre français qui faisait alors carrière dans la capitale britanique. Rivière qui venait d'être nommé chef d'orchestre du théâtre Adelphi à Londres et avait réuni trente bons musiciens cite dans ses mémoires :

"Mon premier cornet, un musicien français nommé Bonnisseau, qui était également un excellent flageolettiste, voyait ses solos bissés tous les soirs...". Bonnisseau publiera en 1877 un air varié pour cornet et piano "Spring, gentle spring" sur un air de Rivière. Il est l'auteur de nombreuses partitions et d'études pour le cornet.

 

adelphi

The Old Adelphi Theater, London

Source: Walford, Old and New London, 1879-1885, p. 114

 

Bonnisseau s''illustre également dans la musique militaire; on le retrouve ainsi comme "Band Master of the 84th Regiment". On retrouve dans son catalogue des valses, des marches arrangées pour musique militaire.

Sa musique (121 partitions) est conservée à Londres (British Library, BL).

Pour le flageolet, il nous laisse :

 

Piccolo Diavolo. Polka de Concert pour flageolet ou piccolo avec accompagnement de pianoforte. Londres, 1877.

Cote bibliothèque : BL : MUSIC : h.3213.m.(17.)

[Octett band parts] : BL : MUSIC : f.411.(23.)

 

Keel Row. Scotch air with variations for the Piccolo or French Flageolet. Londres, 1877

Cote bibliothèque : BL : MUSIC : h.3213.m.(18.)

 

Emerald. Polka Mazurka...for Piccolo or Flageolet. Londres, 1877.

Cote bibliothèque : BL : MUSIC : h.3213.m.(19.)

[Orchestral parts.] BL : MUSIC : f.410.(4.)

 

Breakmorn in the Forest. Polaka, for Piccolo or Flageolet [and pianoforte]. Londres, 1881.

Cote bibliothèque : BL : MUSIC : f.406.

[Reed band parts.] BL : MUSIC : f.401.q.(4.)

[Orchestral parts.] BL : MUSIC : f.400.y.(11.)

 

L'Aurore dans les Bois, suite de valses avec solo de flageolet. (flageolet et pianoforte). Londres, 1873.

Cote bibliothèque : BL : MUSIC : f.406.

 

Frédéric Bonnisseau meurt en 1882 probablement en France. Un court article nécrologique est publié dans Musical Standard le 4 novembre 1882 :

"He was a Parisian by birth, wrote a good deal of effective solo music, and was an accomplished and famous flageolet and cornet player, and lately bandmaster of the Scots Greys.”

 

Sources :

Jules Prudence Rivière : My musical Life and Recollections. London, Sampson Low, Marston & Company, 1893.

 

The Pleasant Companion : The Flageolet Site

www.flageolets.com

 

Partager cet article

Published by Le flageolet français - dans Compositeurs
commenter cet article
21 août 2011 7 21 /08 /août /2011 01:23

gohin 152 Facteur d'instruments à vent, Henri Gohin a réalisé en 2004 une copie du flageolet à pompe de Jean-François Martin conservé au Musée de la musique à Paris sous la côte E.2121. Il s'agit d"un flageolet en sol qui a été joué par Jérémie Papasergio dans le cadre de la quatrième campagne d'enregistrement des instruments du Musée de la musique en 2007.

 

mediastream media CMIM CMIM000010982 

Flageolet copie de Jean-François Martin

réalisé par Henri Gohin

 

C’est en 1975, âgé de 16 ans et en quête d’un formateur dans le domaine de la facture instrumentale, qu’Henri Gohin rencontre Claude Monin, pionnier du renouveau de la facture des instruments à vent de musique ancienne en France, qui l’encourage et le soutient dans cette voie.

Il installe au domicile familial un atelier rudimentaire qui lui permet de se former aux techniques de base, aidé des conseils de Claude Monin. Il ouvre en 1978 son atelier parisien, rue Saint Sabin, où il commence à créer et vendre ses propres instruments tout en poursuivant sa formation dans les domaines de l’acoustique musicale, l’ébénisterie, l’organologie, la mécanique etc. Il s’installe dans le Vexin en 1987.

 

La production de l’atelier, initialement limitée aux flûtes à bec, va progressivement s’étendre aux hautbois, bassons, bombardes et cornets à bouquin, toujours sur commande. Il s’agit de facs similés, de reproductions adaptées aux exigences des musiciens, de créations d’instruments inédits ou de modèles pour la production en série.

La restauration fait aussi partie des activités de l’atelier : un grand nombre d’instruments originaux, issus de collections privées ou de musées lui sont confiés, notamment à l’occasion de l’ouverture du musée de la musiqueà Paris.


Henri Gohin a mis au point des techniques inédites, notamment pour la fabrication des
hautbois de chasse, l’usinage des embouchures, ou encore les bans de mesure de perce et la modélisation d’instruments.

 

À ce jour, environ mille trois cents instruments à vent sont sortis de l’atelier, à destination des musiciens, majoritairement professionnels, des conservatoires ou du musée de la musique. Le travail d’Henri Gohin a été récompensé par plusieurs bourses et distinctions : Bourse de la vocation (1982), Grand prix des métiers d’art (1997), Prix Musicora (1997), Prix France Québec des métiers d’art (2005), Concours d’excellence des métiers d’art (2008).

 

 

 

Henri Gohin 

16 rue Macaigne Fortier
95650 Boissy l'Aillerie
 Tel : +33 (0)1 34 66 91 26

Partager cet article

Published by Le flageolet français - dans Facture instrumentale
commenter cet article
20 août 2011 6 20 /08 /août /2011 21:34

Werkstatt 4Peu de facteurs s'intéressent actuellement à la facture du flageolet.

Guido Klemisch est un des rares facteurs de flûtes à bec qui propose deux flageolets en buis, copies d'un instrument anonyme du XVIIe.

Guido Klemisch a étudié la flûte à bec à Hanovre et à La Haye avec Ferdinand Conrad et à La Haye avec Frans Brüggen de même que le hautbois baroque avec Ku Ebbinge. En 1974, il a ouvert à Zwolle (Pays Bas) son atelier de facteur pour les flûtes historiques. Il est installé à Berlin depuis 1998. Membre fondateur de l'ensemble baroque Camerata Amsterdam de 1974 à 1987, il est actuellement membre du Klemisch Consort Berlin, proposant un répertoire de consort de flûtes à bec allant de la Renaissance à nos jours. Auteur de nombreux articles sur l'histoire et la facture de la flûte à bec, il s'est engagé dans la facture des flûtes Renaissance.

 

MG 7265

 Guido Klemisch au sein du Klemisch Consort Berlin

 

Deux flageolets en buis figurent dans son catalogue, copies d'un instrument anonyme du XVIIe : 

1680-r Flageolet-Sop-D

 

Un flageolet soprano en ré (longueur 17 cm) en buis en une seule pièce

 

 

 

   

1680-l Flageolet-Alt-G

Un flageolet alto en sol (longueur 32.5 cm) en une seule pièce au diapason 415 Hz

 

 

 

  

1682 Flageolet-Alt-G

  

Un flageolet alto en sol (longueur 23.5 cm) en deux pièces au diapason 440 Hz

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Outre Marin Mersenne (Harmonie Universelle, 1637), Guido Klemisch cite également Athanasius Kircher (Musurgia universalis, 1650) qui décrit dans son ouvrage le flageolet sous le curieux nom de "Fistula hexastoma".

 

Biographie :

Guido Klemisch "Die Kernpaltflöte um 1500" in "Heinrich Isaac und Paul Hofhaimer im Umfeld...", Edition Helbling, Innsbruck 1997, ISBN 3-85061-077-2

Lenz Meierott "Die kleinen Flötentypen", Schneider, Tutzing 1974, ISBN 3 7952 0152 7

 

Site de Guido Klemisch :

 http://www.guido-m-klemisch.de/

 

 

 

 

Partager cet article

Published by Le flageolet français - dans Facture instrumentale
commenter cet article
10 juin 2011 5 10 /06 /juin /2011 11:00

Partager cet article

Published by Le flageolet français
commenter cet article
13 mars 2011 7 13 /03 /mars /2011 08:24

Bassoniste et compositeur, né à Versailles le 15 mai 1773, il débute ses études musicales sous la direction de son frère, Michel-Joseph puis reçoit des leçons de Devienne pour le basson. A l'âge de 15 ans, il entre comme bassoniste dans la garde suisse à Versailles puis suit son frère dans la musique de la Garde nationale de Paris. Il servira ensuite l'Empire comme membre de la Chapelle impériale, puis les Bourbons comme premier bassoniste dans l'orchestre de la Chapelle royale. Admis comme professeur de basson à l'âge de 23 ans au Conservatoire de Paris à sa fondation en 1795, il y enseignera jusqu'en 1802 puis de 1824 à 1838. Ses talents de pédagogue se confirment dans l'écriture d'une méthode et d'études pour son instrument. Il s'affirme également comme un compositeur d'une fécondité exceptionnelle dans les domaines symphonique et instrumental avec de nombreux duos, trios, quatuors et quintettes à vent, des concertos et symphonies concertantes, auxquels s'ajoutent des pièces originales pour orchestre d'harmonie destinées au fêtes civiques (Marche militaire, Pas de manoeuvre), à la Garde impériale (Marches militaires et Pas redoublés en plusieurs livres) et à la Garde royale (Six Marches et pas redoublés s.d. dont la quatrième marche sur des thèmes de la Flûte enchantée). Ses Quatuors pour deux clarinettes, cor et basson témoignent d'une interférence indéniable de la musique militaire avec la musique de chambre, et de l'influence de Rossini.

François-René Gebauer sera nommé en 1814 Chevalier de la Légion d'Honneur par le roi Louis XVIII et compositeur de la musique de l'état-major de ses gardes.

 

Pour le flageolet, il nous laisse :

Vingt-quatre airs pour deux flageolets, op. 19. Paris, Imbault (s.d.).

Cote de bibliothèque : F Pc [Vm9.1505 et Vm9.1505A

 

 

Gebauer.1 

Gebauer.2 

 

 Transcription pour deux bassons par François-René Gebauer

du Barbier de Séville de Rossini

 

A découvrir : un enregistrement consacré aux quintettes à vent de François-René Gebauer par Le Concert Impromptu :

Lien sur Amazon.fr

 

Sources :

Charles Gabet. Dictionnaire des artistes de l'école française au XIXe siècle. Paris, 1834

François-Joseph Fétis. Biographie universelle des musiciens. Bruxelles, 1837

Dictionnaire de la musique en France au XIXe siècle. Editions Fayard, 2003. (article consacré à François-René Gebauer par Frédéric Robert)

 

 

 

 

Partager cet article

Published by Le flageolet français - dans Compositeurs
commenter cet article
8 mars 2011 2 08 /03 /mars /2011 23:00

 

1210342567

 

Voici une liste de méthodes pour le flageolet conservées à la Bibliothèque nationale de France (BnF), Département de la Musique (site Richelieu-Louvois).

BnF

 

F Pn : fonds de la Bibliothèque nationale

F Pc : fonds du conservatoire

s.d. : sans date

 

Consulter Bn-Opale Plus 

 

BONNISSEAU, Hippolyte. Nouvelle méthode de flageolet avec et sans clefs. Paris (s.d.)

Cote de bibliothèque : F Pn [Vm8.x.5

 

 ROY, C. Eugène. Nouvelle méthode pour le flageolet, contenant tous les principes indispensables pour jouer de cet instrument, avec une suite d'airs, romances, walz (sic), contredanses, allemandes, montférines,... (s.d. entre 1804 et 1815)

Cote de bibliothèque : F Pc [Cx.15 et L.13018

 

 ROY, C. Eugène. Nouvelle méthode théorique et pratique pour le flageolet, dédie aux amateurs, dans laquelle on trouvera tous les principes pour apprendre à jouer du flageolet, les différents coups de langue,..., soixante morceaux de musique composés de walzes, romances, rondo (sic) et un pot-pourri d'airs connus. (s.d. ca 1815)

Cote de bibliothèque : F Pn [Vm8.x.32

 

 ROY, Guillaume. Nouvelle méthode théorique et pratique pour le flageolet, à clefs et sans clefs...op. 1er... Cette méthode contient 40 morceaux de musique, d'airs choisis, gammes de tons usités pour le flageolet, contredanses avec figures, valses tyroliennes, variations, préludes, exercices... pour parvenir à une prompte exécution, suivie de 6 Duo (sic) progressifs et faciles. (s.d. entre 1820 et 1825)

Cote de bibliothèque : F Pn [Vm8.x.33 et 34

 

ROY, Eugène. Méthode théorique et pratique pour flageolet à clefs et sans clefs. Paris (s.d. entre 1826 et 1830)

Cote de bibliothèque : F Pn [Vm8.x.37

 

ROY, Eugène. Méthode abrégé (sic) du flageolet à trois clés et sans clé. Paris, Janet et Cotelle (s.d. entre 1828 et 1838)

 

BOUSQUET, Narcisse. [Méthode pour le flageolet] - titre manquant

Cote de bibliothèque : F Pc [Vm8.x.5

 

BOUSQUET, NarcisseMéthode de flageolet divisée en trois parties élémentaires et progressives augmentée de huit tablatures. Paris, Au Progrès Musical (1837)

Cote de bibliothèque : F Pn[Vm8.x.7

 

CARNAUD, Jeune. Méthode pour le flageolet à une, à deux, à trois, à quatre ou à cinq clefs. Paris, Carnaud (1865)

Cote de bibliothèque : F Pc [Cx.6

 

CARNAUD. Méthode pour le flageolet sans clef, à deux, à trois, à quatre, à cinq et à six clefs, op. 36. Paris, Richault (s.d.)

Cote de bibliothèque : F Pc [Cx.4

 

DESTOUCHES, Emmanuel. Méthode complète pour le flageolet sans clefs ou avec clefs - Six duos du célèbre Devienne arrangés pour le flageolet. Paris, Cadot (s.d.)

Cote de bibliothèque : F Pc [Cx.16(1)

 

DEVIENNE, François. Méthode complète pour le flageolet.

Cote de bibliothèque : F Pc [Cx.14

 

GAVEAUX, Aîné. Nouvelle méthode pour le flageolet suivie de petits airs. Paris, Gaveaux (s.d.)

Cote de bibliothèque : F Pc [Cx.9

 

 

Partager cet article

Published by Le flageolet français - dans Méthodes
commenter cet article
26 février 2011 6 26 /02 /février /2011 23:43

Né à Hanzinne en Belgique le 17 avril 1797, Jean-Baptiste-Joseph Tolbecque fut violoniste, chef d'orchestre et compositeur.

Au Conservatoire de Paris, il étudia le violon avec R. Kreutzer, la composition avec Anton Reicha.

Il entra comme violoniste dans l'orchestre du Théâtre-Italien (1820-25), fut cofondateur de la Société des concerts du Conservatoire (1828) en tant qu'altiste, dirigea les bals de la cour (1825), les concerts du Jardin-Turc (à partir de 1833), et le 6 janvier 1839 le premier des bals masqués organisés par Philippe Musard au Théâtre de la Renaissance.

 

Théâtre Italien  Le Théâtre-Italien vers 1840

Gravure de C. Mottram sur un dessin d'Eugène Lami

 

Selon le standard éditorial de l'époque, le flageolet est mis à l'honneur dans ses nombreux galops, polkas, quadrilles et valses conçus sur des thèmes populaires ou d'opéra.

 

Tolbecque.1Tolbecque.2

Partition de Jean-Baptiste-Joseph Tolbecque

Collection privée

 

Extrait audio sur le site de l'ensemble Les Pantalons :

Olivier Basselin - Finale

Opéra de A. Pilati. Quadrille de contredanses sur les motifs de cet opéra pour piano avec accompagnement de violon, flûte, flageolet et cornet à pistons, ad libit. Paris, 1838

Partager cet article

Published by Le flageolet français - dans Compositeurs
commenter cet article
15 novembre 2010 1 15 /11 /novembre /2010 00:07

george%20sand%203%20jeune.r

Amantine Aurore Lucile Dupin, future George Sand, est née à Paris le 1er juillet 1804.

Orpheline de père à 4 ans, Aurore Dupin grandit chez sa grand-mère paternelle, Madame Dupin, à Nohant dans l'Indre. Toute sa vie, elle restera attachée à Nohant et à la campagne. Elle reprendra le thème de la vie pastorale dans ses romans champêtres (La Mare au Diable, La petite Fadette).

Son grand-père maternel, Antoine Delaborde était maître oiselier à Paris; il élevait des chardonnerets et des serins qu'il vendait sur le Quai aux oiseaux (Histoire de ma vie, Tome 1, p.19).

En visite, tout enfant, dans un village des environs de Paris, George Sand raconte avoir été fascinée par le son d'un flageolet venant d'une mansarde et que sa mère entendait à peine. Ce flageolet et cette mansarde relèvent d'une mythologie de l'enfance et du peuple que l'on trouve partout à l'oeuvre dans l'imaginaire de Sand. Mais le commentaire qu'elle fait de ce souvenir (à demi rêvé) vaut d'être cité :

"Pour moi, dont l'ouïe était apparemment plus libre et plus sensible à cette époque, je ne perdais pas une seule modulation de ce petit instrument, si aigu de près, si doux à distance, et j'en étais charmée. Il me semblait l'entendre dans un rêve. Le ciel était pur et d'un bleu étincelant et ces délicates mélodies semblaient planer sur les toits et se perdre dans le ciel même."

 

ANohantBP

Maison de George Sand à Nohant, Indre

 

Tout au long de sa vie, George Sand va manifester un réel intérêt pour la culture populaire berrichonne et devient la première ethnographe voire ethnomusicologue du Berry. En effet, dès les années 1839 et jusqu'en 1846 en compagnie de Frédéric Chopin, ils collectent des airs de danses entendus lors de fêtes à Nohant. George Sand aime toutes les formes musicales, des plus humbles aux plus savantes, du son nasillard de la cornemuse à la douceur de la harpe, du chant des rossignols aux plus belles voix...

Hormis les pianos, beaucoup d'instruments se sont côtoyés à Nohant : la harpe, le clavecin, le violon, la guitare, le tambourin, la vielle, la cornemuse, le clairon, le flageolet...

 

Copie de chopinsanddelacroix

George Sand et Frédéric Chopin peints par Delacroix en 1838

Partager cet article

Published by Le flageolet français - dans Belles Lettres
commenter cet article
11 novembre 2010 4 11 /11 /novembre /2010 11:38

Chaxelle.1.r

Quatre "Contredanses pour le Flageolet avec accompagnement de Guitare par M. Chaxelle" ont été publiées aux Editions Flatus. Intitulées l'Africaine, la Marocaine, Sauteuse et Waltzer, elles proviennent d'un recueil manuscrit datant de la première moitié du XIXe siècle portant comme frontispice l'inscription "Recueil de Romances et de Duos avec accompagnement de Guitare, à Mlle Eugénie Voisin" (collection privée Enrico Casularo). Ce recueil contient en grande partie des arrangements pour voix avec accompagnement de guitare réalisés par de célèbres compositeurs et guitaristes de l'époque (Pierre-Jean Porro, Antoine Marcel Lemoine, Guillaume-Pierre-Antoine Gatayes) d'airs d'opéra de compositeurs actifs à Paris à la fin du XVIIIe et au début du XIXe.

Ces contredanses pour le flageolet avaient déjà été publiées dans un précédent "Recueil des meilleures contredanses arrangées pour le Flageolet" publié à Paris par P.J. Chaxelle auprès de l'éditeur Jacques-Charles Frère (ca 1790). La contredanse est une danse populaire originaire de Grande Bretagne au XVIIe siècle et qui se diffusa rapidement au XVIIIe siècle en France. Elle était exécutée par des rangs opposés de couples de danseurs exécutant à tour de rôle une série de figures.

Les titres l'Africaine et la Marocaine révèlent la fascination qu'exerçait l'exotisme des cultures extra-européennes sur la société de l'époque. La Sauteuse et le Waltzer font référence à deux danses très en vogue.

 

Sauteuse.r

La Sauteuse, extraite du Bon Genre (1806)

 

La Sauteuse est une danse de couple en usage en France au début du XIXe, sous le Premier Empire, que l'on dansait généralement dans les bals après la valse. Elle consiste à sauter d'un pied sur l'autre, tout en tournant, le cavalier tenant sa dame enlacée par la taille. G. Desrat, dans son Dictionnaire de la danse (1895) indique qu'à la fin du XIXe siècle, elle était devenue "l'apanage de tous les mauvais valseurs".

Le Waltzer qui tire son origine de divers types de danses populaires autrichiennes et allemandes rencontra dès la fin du XVIIIe siècle un succès extraordinaire à Vienne puis dans toute l'Europe.

 

Anne Casularo-Kirchmeier a enregistré l'Africaine et la Marocaine avec Roberto Vallini (guitare romantique) sur un flageolet Grand (Paris, début XIXe) dans un programme de musique de salon début XIXe avec le Mortgage Groupe Ensemble. Cet enregistrement est disponible aux Editions Flatus.

 

Chaxelle.r

 

Anne Casularo-Kirchmeier enseigne la flûte à bec au conservatoire cantonal de musique de Sion (Suisse).

Pour la découvrir, un entretien radiophonique de la Radio Suisse Romande...

 

 

 

Partager cet article

Published by Le flageolet français - dans Partitions
commenter cet article

Le Flageolet Français

  • : Le flageolet français
  • Le flageolet français
  • : Ce blog est consacré à la découverte du flageolet français et à son répertoire.
  • Contact

FILE0123.jpg

 

Recherche

Extraits audio

picto direct08

Les enregistrements ont été réalisés sur instruments historiques : flageolet anonyme XVIIIe, flageolet d'oiseau Tibouville Frere début XIXe, flageolet Thibouville-Lamy 3 clés fin XIXe, flageolet Laveissière 5 clés fin XIXe.

Les extraits n° 1 et 2 sont issus d'une captation de concert. Les autres extraits ont été enregistrés en studio (Oxygen Art Studio).

 

Marly-19.12.8

Philippe Perlot, flageolet français 

 

 Le%20flageolet%20fran%C3%A7aisQuantcast

Visites

 

Visiteurs du jour

musique